Fifa-Fecafoot:Roger Milla »Ce n’est pas la Fifa qui a envoyé cette lettre »

camernews-milla1

«Ce n’est pas la Fifa qui a envoyé cette lettre. Ce sont nos gens qui ont écrit cette lettre pour la faire signer». Tels sont les propos de l’ambassadeur itinérant Albert Roger Milla, dans une interview accordée au quotidien Le Jour de ce lundi 3 août 2015. “Pourquoi cette Fifa ne menace pas le Benin ou l’Etat a retiré l’agrément à la fédération ? Pourquoi cette Fifa ne va pas suspendre la fédération américaine de football ? Il faut qu’on arrête de brandir un document écrit ici et envoyé à la Fifa pour signature et qu’on renvoie ici”, s’insurge Roger Milla. Pour lui, rapporte le journal, la suspension du Cameroun par la fédération internationale de football serait une bonne occasion de reconstruire notre football.
La lettre qui suscite le courroux de son excellence Albert Roger Milla a été envoyée quelques jours après que la chambre de conciliation et d’arbitrage ait annulé l’Assemblée général organisée par le comité de normalisation le 2 juin dernier ici à Yaoundé. Cette décision de la CCA a davantage plongé la gestion du football dans la crise.
Pour sortir de cette situation, l’ambassadeur itinérant propose que les footballeurs soient associés aux autres acteurs dans la gestion du football. Un football qui a selon lui perdu sa boussole. “Nous ne voulons plus que ce soient les mêmes qui ont sali le football camerounais, les clubs et nos championnats, qui soient encore là. Nous ne voulons plus des gens qui vont venir là pour se servir et non servir le football. Nous voulons des gens qui viennent servir le pays et à la fin ils seront récompensés”, précise-t-il.

ROGER MILLA « je suis partant pour que ce soit un Camerounais qui conduise notre sélection »!

169-roger-milla

COMMENT APPRÉCIEZ-VOUS LE PROGRAMME PILOTE DE DÉTECTION ET DE FORMATION DES TALENTS SPORTIFS QUI VIENT D’ÊTRE PRÉSENTÉ ?
C’est un programme qui est encore sur du papier. C’est un très bon programme, mais il faut qu’il soit réalisé. Parce que chez nous au Cameroun, on fait toujours des programmes sur du papier, pour ne pas les suivre ensuite sur le terrain. Je pense que si on suit ce programme de façon efficace maintenant, le Cameroun n’aura pas de difficulté pour avoir des athlètes dans l’avenir. C’est une bonne initiative. Maintenant, il faut qu’elle soit opérationnelle. Ce n’est pas toujours le fait de concevoir des dossiers et ne pas les appliquer. Il ne faut pas toujours compter sur les talents purs. Ce n’est pas tous les jours qu’on aura des Roger Milla ou des Samuel Eto’o dans le football, et ailleurs. Il faut commencer à préparer l’avenir du football et de toutes les autres disciplines aussi pour faire connaître le Cameroun davantage.
DOUZE ANNÉES, N’EST-CE PAS LONG ?
L’essentiel c’est que ce programment soit véritablement mis en œuvre, et que cela profite au maximum de jeunes sportifs possibles. Et il faut que ces enfants soient bien encadrés, parce que l’encadrement sera le début même de la réussite de ce programme. Il faut que le Centre de référence soit mis en place, pour que tous ces talents qui seront détectés soient bien encadrés dans un environnement propice à leur éclosion. Il ne faut pas toujours que les enfants quittent leur domicile pour rejoindre le Centre de formation. Ils doivent avoir un lieu de regroupement permanent.
PUISQUE VOUS PARLEZ D’ENCADREMENT, QUEL EST L’AVENIR DE VOLKER FINKE À LA TÊTE DES LIONS INDOMPTABLES ? POURQUOI ÇA TRAINE SELON VOUS ?
Je me suis promis de ne plus parler de l’encadrement technique des Lions indomptables, parce qu’il y a des gens qui sont responsables de cela. Ce n’est pas moi qui nomme les entraîneurs. Il y a trop de polémiques dans cette affaire d’entraînement. Moi je le dis et je le répète : je suis pour qu’un Camerounais soit entraîneur des Lions indomptables. Il faut qu’on donne la chance à nos entraîneurs. Ce n’est pas pour rien qu’ils vont se former à l’étranger. Il faut qu’on les utilise, et si on se rend compte qu’ils sont incapables, on les licencie et on donne la chance à d’autres. Et si après six mois on se rend compte qu’au bout d’un certain temps les entraîneurs camerounais ne tiennent pas, on peut alors commencer à lorgner les techniciens étrangers. Je crois que son contrat avec les Lions indomptables touche à sa fin. Il lui reste quelques semaines seulement.
APRÈS DES INDISCRÉTIONS, SON CONTRAT POURRAIT ÊTRE RENOUVELÉ D’ICI PEU…
Mais moi je dis non ! Sincèrement, je suis contre le renouvellement du contrat de ce monsieur. Ce n’est pas la peine qu’on continue avec Volker Finke, parce qu’il ne nous a rien apporté. C’est une évidence. Il n’a rien apporté à notre pays. Il faut qu’on le change. Même s’il faut qu’on prenne un autre étranger, mais moi je suis partant pour que ce soit un Camerounais qui conduise notre sélection aux éliminatoires de la Can 2017.
ET SI C’EST TOUJOURS VOLKER FINKE ?
Si c’est toujours lui, je continuerai toujours à parler comme je parle. Et je dis ma vérité. C’est tout !
COMMENT COMPRENDRE CEUX-LÀ QUI DISENT QUE LA MISSION DE VOLKER FINKE N’A JAMAIS ÉTÉ DE REMPORTER UNE CAN, SI CE N’EST DE RECONSTRUIRE CETTE ÉQUIPE POUR L’ÉDITION DE 2019 ?
Il reconstruit quelle équipe ? On ne peut pas reconstruire une équipe avec des joueurs professionnels qui évoluent en Europe. On reconstruit une équipe avec la jeunesse locale, c’est-à-dire les joueurs locaux.