Coupe du Monde Féminine 2015 : Issa Hayatou remet le trophée aux Américaines !

in the FIFA Women's World Cup Canada 2015 Final at BC Place Stadium on July 5, 2015 in Vancouver, Canada.

Les américaines ont gagné la 7 eme coupe du Monde Féminine 2015 qui a été organisé au Canada après un match plier en début de match 4-0 pour les Américaines en 28 minutes de jeu Quatre ans que les Etats-Unis attendaient ça. Quatre ans à se repasser les images de leur défaite face au Japon en finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Allemagne 2011. Pour leur retour au même stade de la compétition à Canada 2015, les Américaines retrouvaient leur bourreau ce 5 juillet à Vancouver. Et ces quatre ans de frustration ont disparu en… cinq minutes
Le vice-président de la Fifa, Issa Hayatou, qui a assumé les fonctions présidentielles lors de la finale au BC Place Stadium de Vancouver. Le Camerounais procédé à la remise du trophée. Cette absence est une première pour Blatter depuis son élection à la présidence de la Fifa en 1998. Il avait pourtant annoncé avant le début du tournoi, le 6 juin, qu’il avait l’intention de se rendre au Canada.

Fifa – Sepp Blatter  » les Américains étaient candidats à la Coupe du monde de 2022 et ils ont perdu »

balt_1781366b

Les accusations de la justice américaine. «Il y a des signes qui ne trompent pas: les Américains étaient candidats à la Coupe du monde de 2022 et ils ont perdu (…) Si les Américains ont à faire avec des délits d’argent ou de droit commun qui concernent des citoyens nord ou sud-américains, qu’ils les arrêtent là-bas, mais pas à Zurich alors qu’il y a un congrès. N’oublions pas qu’ils (Etats-Unis) sont le sponsor numéro un du Royaume hachémite, donc de mon adversaire (battu, le prince Ali, ndlr.), cette affaire ne sent pas bon.»
Blatter a, enfin, refusé d’évoquer son départ de la FIFA. «Pourquoi je démissionnerais ? C’est accepter, c’est dire je suis fautif de tout ce qui arrive, moi je lutte depuis 2011 (précédente réélection) avec nos différentes commissions (au sein de la Fifa) contre toute corruption. Si vous regardez la composition du comité exécutif de la Fifa en décembre 2010 et celle d’aujourd’hui, la moitié n’est plus là.»