E-CDM RUSSIE 2018 : Nigeria vs Cameroun ,Bassogog « Il faut battre le Nigeria « 


MOSCOW, RUSSIA - JUNE 18: Christian Bassogog of Cameroon looks on during the  FIFA Confederations Cup Russia 2017 Group B match between Cameroon and Chile at Spartak Stadium on June 18, 2017 in Moscow, Russia.  (Photo by Alex Livesey - FIFA/FIFA via Gett

Match couperet contre les Super Eagles
La CAN et la Coupe des Confédérations de la FIFA qui a suivi appartiennent déjà au passé pour Bassogog et ses coéquipiers. Dans sa campagne qualificative pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, le Cameroun a concédé deux matches nuls au cours des deux premières journées et pointe à quatre longueurs du Nigeria, leader de la poule. Étant donné que seule l’équipe qui terminera première du groupe se qualifiera pour Russie 2018, les Lions indomptables sont déjà presque obligés de battre les Super Eagles à deux reprises lors de la double confrontation à venir entre les deux équipes, s’ils veulent conserver une chance d’être présents en Russie.
Dès lors, il est évident que l’on attendra beaucoup de Bassogog et de sa pointe de vitesse pour tenter de prendre à défaut la défense nigériane. Des attentes qui rappelleraient presque celles qui pesaient sur les épaules d’un certain Samuel Eto’o. « Quand j’étais jeune, j’aimais le regarder. J’observais comment il se projetait vers l’avant, comment il arrivait à marquer. Il était spécialiste des buts inattendus, marqués de façon incroyable. Cela fait longtemps que je rêve de devenir un joueur comme il l’était. »

Bassogog tient cependant à relativiser son impact personnel pour mettre en avant l’esprit d’unité qui règne au sein de l’équipe. « Il faut battre le Nigeria si nous voulons rester en vie dans ces qualifications. Pour y arriver, nous allons devoir prendre le jeu à notre compte et nous battre », prévient l’un des plus grands espoirs camerounais du moment. « Nos joueurs sont jeunes, mais nous sommes forts sur le plan collectif », rappelle-t-il quand on lui demande si le Cameroun a progressé sous la houlette de l’entraîneur belge Hugo Broos. « Il connaît les qualités de chaque joueur et parvient à obtenir le meilleur de nous-mêmes. Dans cette équipe, chacun a sa chance », conclut-t-il en rêvant tout haut de prendre de vitesse le Nigeria par deux fois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s