Le top 10 des Camerounais qui ont marqué la France


471f6

Voici le Top 10 des Lions Indomptables qui ont marqué l’histoire du championnat de France.
1. Eugène N’Jo Léa
Numéro un parce qu’avec Rachid Mekloufi et Kees Rijvers, le talentueux attaquant camerounais fut l’un des principaux artisans du premier titre de champion de France de l’AS Saint-Etienne en 1957. Parce qu’il avait un jeu de jambes de folie, parce qu’il planta au moins un but lors de onze journées d’affilée, parce qu’il a fait l’unanimité dans le Forez et à Lyon, parce qu’il est à l’origine de la création de l’UNFP et parce qu’il possédait une grandeur d’âme.
2. Roger Milla
Parce que le Ballon d’Or africain 1976, qui a vécu une fabuleuse fin de longue carrière avec le Cameroun, était imprévisible et plein de charisme. En France, Montpellier, notamment, peut en témoigner.
3. Marc-Vivien Foé
Pour l’héritage qu’il a légué, pour la tristesse puis le manque qu’a ressenti le football à sa disparition. Treize ans après, personne n’a oublié le grand Marco.
4. François Omam-Biyik
Parce que l’un des héros de l’épopée des Lions Indomptables au Mondial italien a pas mal bourlingué et fait trembler les filets en France grâce à sa détente impressionnante, son sens inné du but et du placement.
5. Joseph-Antoine Bell
Parce qu’il a contribué à faire tomber certains préjugés, par ses coups d’éclat, à Marseille, Toulon, Bordeaux puis Saint-Etienne, mais aussi par ses prises de position.
6. Rigobert Song
Pour sa prestance, son aura et son charisme, la puissance physique qu’il dégageait, et les bons souvenirs qu’il a laissés à Metz puis à Lens, à chaque fois sous la direction de Joël Muller.
7. Jacques Songo’o
Parce que celui qui a parfois été comparé à Eddy Murphy pour leurs ressemblances physiques fait partie des joueurs historiques du FC Metz. Parce qu’il avait le sens du spectacle et une influence certaine sur ses partenaires.
8. Salomon Olembé
Pour la délicatesse de sa patte gauche, ses dribbles chaloupés, ses percées, ses trois titres remportés avec Nantes et cet extérieur du pied de toute beauté claqué face à Lens en 2002.
9. Pius N’Diefi
Parce que le « Bison futé » sedanais, tout le monde l’aimait. Pour ses buts, son triplé face au PSG, sa belle histoire dans les Ardennes, son allure, sa joie de vivre et son sourire.
10. Joseph-Désiré Job
Pour ceux qui ont grandi avec la D1 des 90’s, pour ses débuts prometteurs et rafraîchissants, pour son style félin, sa percussion, ses déboulés et sa dégaine.
Bonus : Patrick Mboma
Parce qu’il a davantage marqué l’histoire des Lions Indomptables que celle de l’élite du football français, le vainqueur de la Coupe de la Ligue 1996 avec Metz ne figure pas dans ce top 10. Mais celui qui a empilé les buts avec la réserve du PSG puis Châteauroux doit évidemment être cité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s