Litige -LFPC/FECAFOOT:La CCA donne raison à Pierre Semengue !


 

Pierre-Semengue-1

La Chambre de Conciliation et d’Arbitrage a tranché hier 5 avril 2016, en faveur du Président de la LFPC qui demande l’annulation des dernières décisions de la FECAFOOT au sujet de l’instance qu’il dirige.

Pierre Semengue avait prévenu, il a transformé ses paroles en actes. Le Président du Comité Provisoire de Gestion (CPG) de la Ligue de Football Professionnelle du Cameroun (LFPC) a saisi la Chambre de Conciliation et d’Arbitrage (CCA) pour faire annuler deux importantes résolutions issues du comité exécutif de la FECAFOOT le 17 mars 2016.

Il s’agit de la 4ème résolution selon laquelle: «Le comité exécutif constate que les statuts de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun n’ont pas été adoptés conformément à la loi et aux statuts de la FECAFOOT.

En conséquence, les statuts de ladite Ligue en vigueur restent ceux adoptés par l’Assemblée Générale de la FECAFOOT du 28 Mai 2011». La 5ème résolution indiquait elle que: «Le Comité Exécutif donne mandat au Président de la FECAFOOT de nommer un Comité Provisoire de Gestion de la Ligue de Football Professionnel pour un mandat d’un (01) an».

Au lendemain dudit comité exécutif, le Président de la FECAFOOT, Tombi à Roko avait signé la décision portant création d’un nouveau CPG à la LFPC avec pour président Pierre Semengue, jusqu’au 30 avril 2017 au plus tard.

La conséquence directe était l’annulation de l’élection présidentielle à la LFPC. Une situation qui avait courroucé le général d’armées, candidat à sa propre succession.

La CCA s’est donc prononcée hier en faveur du requérant. Dans l’extrait du plumitif de sa décision, le Tribunal du Sport au Cameroun: «La Chambre, statuant contradictoirement à l’égard de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun et conformément aux textes; reçoit la requête de la LFPC; la dit fondée.

En conséquence, annule les résolutions n°4 et 5 prises par le comité exécutif de la FECAFOOT contre la LFPC (…) condamne la FECAFOOT au remboursement des frais de procédure et ceux du conseil. Disons que cette décision est exécutoire dès le prononcé de la sentence (…) Avise les parties de ce qu’elles disposent d’un délai de 21 jours, à compter de la notification de la présente sentence pour se pourvoir devant le Tribunal Arbitral du Sport à Lausanne», mentionne le journal Le Jour en kiosque ce mercredi.

La FECAFOOT va-t-elle appliquer cette nouvelle sentence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s