Can 2016 et 2019 : Le Cameroun est mal parti !


f32bb790a462dd07a75d84b22bbc0ee7

Le cœur de l’Afrique du football va battre au Cameroun en 2016 à l’occasion de la Can féminine, mais aussi en 2019 à la faveur de la Can masculine. Si le premier évènement est considéré comme un galop d’essai, du point de vue de l’organisation, le second est aussi bien appréhendé comme un immense chantier qu’un défi national. La réussite ou l’échec qui pourrait en découler aura donc des conséquences sportives, économiques, mais surtout politiques.
C’est dans ce sillage qu’un comité national de préparation des Coupes d’Afrique des nations de football 2016 et 2019 a été créé le 3 octobre 2014 par décret du président de la République (soit plus d’un mois après l’attribution de la Can 2019 au Cameroun par la Caf). Le Comité a pour mission de définir les orientations stratégiques et le plan d’action à mettre en œuvre dans le cadre de la préparation de la Can féminine 2016 et de la Can masculine 2019.
Ce comité est chargé de la constitution d’un portefeuille de projets à réaliser dans le cadre de la préparation des Can 2016 et 2019, de l’élaboration d’un chronogramme détaillé des opérations à réaliser dans le cadre de la préparation des CAN 2016 et 2019, de la coordination des actions des administrations et des partenaires privés dans le cadre de la préparation des CAN 2016 et 2019. Il est également chargé du suivi de l’exécution des actions et des projets à réaliser dans le cadre de la préparation des CAN 2016 et 2019, de la recherche des financements et des partenaires dans le cadre de l’exécution des projets identifiés, en relation avec les administrations concernées. Et de toute autre mission à lui confiée par le président de la République, dans le cadre des CAN 2016 et 2019. Le Comité est placé sous l’autorité du Premier ministre. Le Comité se réunit en tant que de besoin et au moins une fois par trimestre sur convocation de son président.
A la lecture du rapport exploité ci-haut (qui n’aborde que le volet infrastructures sportives), l’on est en droit de se demander si l’inertie déplorée dans la mise en œuvre des projets de développement au Cameroun ne va pas compromettre le succès des Can 2016 et 2019, dont les retombées (positives) vont impacter l’émergence projetée en 2035. Il est temps de tirer la sonnette d’alarme.

3 Réponses

  1. le cameroun ne changera donc jamais?

    J'aime

  2. IL N Y AURA AUCUNE CAN AU CAMEROUN . SAUF SI PEUT ETRE LE FOOT SE JOUAIT DANS LES COLLOQUES , LES SALLES DE RÉUNION OU ENCORE AU PALAIS DE SPORT ; pas de routes .pas d’éclairage et surtout bref qui vivra verra

    J'aime

  3. Mort de rire, il faut commencer par l’enseignement de la politesse: bonjour, merci, au revoir.
    Ensuite il faut régler les problèmes d’électricité, d’eau, construire les hôtels, les routes, bitumer toutes les routes de la capitales et celles de Douala. Bref il y a du boulot.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :